Qu’est-ce que la cryptomonnaie ?

Qu’est-ce que la cryptomonnaie ?

samedi 19 juin 2021

Cédric Bensoussan

Définition d’une cryptomonnaie

Une cryptomonnaie, dite aussi cryptoactif, cryptodevise, monnaie cryptographique ou encore cybermonnaie, est une monnaie numérique émise de pair à pair (actif numérique), sans nécessité de banque centrale, utilisable au moyen d’un réseau informatique décentralisé. Elle utilise des technologies de cryptographie et associe l’utilisateur aux processus d’émission et de règlement des transactions.

Au 14 juin 2021, selon CoinMarketCap, il existe 15 617 cryptoactifs, ou cryptomonnaies, pour une valeur de 2 031 milliards d’euros.

Principes de fonctionnement

Blockchain

Une cryptomonnaie repose sur une blockchain, un registre distribué (ou grand livre de comptes), consultable par tous, qui répertorie l’ensemble des actions du réseau depuis l’origine. Les informations à ajouter sont appelées transactions, et sont groupées dans des blocs. Une transaction peut par exemple être un transfert de cryptomonnaie d’une personne à une autre.

Les acteurs du réseau, appelés nœuds, possèdent, stockent et vérifient leurs propres versions de la chaine, depuis le tout premier bloc (appelé bloc genèse). Une blockchain est considérée comme valide lorsqu’il est possible de la vérifier totalement en partant du bloc genèse. Comme il n’y a pas d’autorité centrale ou de tiers de confiance, le système est dit décentralisé. Pour garantir l’immuabilité de la chaine, c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de modification dans un ancien bloc, ceux-ci sont chainés entre eux par des fonctions cryptographique de hachage.

Chaque nœud étant en réalité un ordinateur connecté au réseau par internet, le système n’est pas en temps réel car il peut y avoir des temps de latence importants lors de l’envoi ou la réception de transactions et blocs à travers le réseau. Dans le cas où différentes versions d’une même chaine existe, la règle est de choisir la chaine valide la plus longue.

Consensus et génération de blocs

Afin que tous les acteurs du réseau distribué se mettent d’accord sur une même version de la chaine et se synchronisent, il convient d’apporter une solution au problème du consensus. Le consensus a donc pour but de désigner l’entité qui sera en charge de proposer un nouveau bloc au réseau, tout en s’assurant que la création de nouvelles unités de monnaie soit graduelle. La plupart des cryptomonnaies ont un plafond (c’est-à-dire une quantité maximale) à la masse monétaire qui sera à terme en circulation. Ce plafonnement vise à imiter la rareté (et la valeur) des métaux précieux et à éviter l’hyperinflation.

Dès lors qu’un bloc est créé et validé, chaque nœud ayant participé à sa création se voit attribuer un montant de cryptomonnaie, au prorata de son effort fourni. La participation à la création monétaire, appelée « minage », suit un schéma logarithmique qui a pour objectif de reproduire la découverte de l’or (ou autres métaux précieux) :

  • Au début, peu de personnes cherchent de l’or, en trouver est donc relativement simple.
  • Puis comme l’information se répand et que de plus en plus de personnes cherchent, l’or devient de plus en plus difficile à trouver et de plus en plus rare.
  • En conséquence, l’investissement des acteurs est de plus en plus important, repoussant les limites et contraignant les petits chercheurs à abandonner.
  • Du fait que la ressource est épuisable et de plus en plus coûteuse à obtenir, sa valeur augmente, tandis que sa chance de découverte décroît.

Cette élection peut se faire de différentes manières, selon la nature de la blockchain. La preuve de travail est la méthode d’origine utilisée par bitcoin, lors de sa création en 2009, mais de nombreux travaux sont en cours pour en proposer de nouvelles12.

WK

Derniers articles

Archives

Partagez cet article